34

happy-birthday-in-french-joyeux-anniversaire-vector

Décidément, le temps ne s’arrête pas et je vieillis tout doucement 😀
Pour cet anniversaire je n’ai rien de particulier de prévu. le séance Eveil et Lire avec MiniKoala étant annulée et BebeKoala étant en sortie scolaire à la ferme, je me fais une joie de nettoyer l’appartement.
Hier soir BebeKoala m’a promis un gâteau avec mes ingrédients préférés, à savoir: sucre, oeufs, farine, chocolat blanc et jambon. Je ne suis pas sure de l’apprécier à sa juste valeur, mais qui sait il est peut être très bon.

Publicités

Samedi en musique #77

Bientôt la fête des mères, mais aussi et surtout)  mon anniversaire. Alors pour ce Samedi en Musique j’ai envie de me faire plaisir avec THE chanson, celle que ma maman me chantait toute petite et que j’affectionne particulièrement: La Ballata del Miché de Fabrizio DeAndré.

Elle a été écrite en 1961 et il la considère comme une de ses premières, celle qui l’a vraiment convaincu à choisir la musique plutôt que le droit et la loi, comme voulait sa famille.
Fabrizio DeAndré s’inspire d’une histoire vrai, celle de Michele Aiello (Miché) qui était parti du Sud de l’Italie pour s’installer à Gènes. Il n’arrivait pas à s’intégrer dans la nouvelle ville et c’était l’amour d’une femme qui lui laissait de l’espoir, mais l’arrivé d’un autre homme (probablement plus riche que lui) l’a fait plonger dans la peur de tout perdre et il l’a tué. A la suite de cela, il a été condamné à 20 ans de prison, mais il s’est pendu car il ne voulait pas rester loin de la femme qu’il aimait.
Je me demande à quoi pensait ma mère en me chantant cette chanson, très jolie certes, mais vraiment pas gaie du tout.

 

Et voici la traduction en français que j’ai piqué au site Antiwarsong.org.

LA BALLADE DE MICHEL

Quand ils ont ouvert sa cellule
Il était déjà trop tard car
Avec une corde au cou
Michel pendait froid.

Toutes les fois que j’entends
Chanter un coq, je pense
à cette nuit en prison
Où Michel se pendit.

Cette nuit-là, Michel
s’est pendu à un clou, car il ne voulait pas
rester vingt ans en prison
loin de toi

Michel s’en est allé dans l’obscurité
Sachant qu’il ne pourrait jamais te dire
qu’il avait tué
Seulement pour toi.

Moi, je sais que Michel
A voulu mourir pour que
Te reste le souvenir de l’amour profond
Qu’il avait pour toi.

Ils lui avaient mis vingt ans.
La cour décida ainsi
Car un jour il avait tué
Celui qui voulait lui prendre Marì

Ils l’avaient pour cela condamné
à vingt ans en prison à moisir
mais maintenant qu’il s’est pendu
Ils devront le laisser sortir.

Si toutefois Michel
Ne t’a pas écrit expliquant pourquoi
Il s’en est allé du monde, tu sais qu’il l’a fait
Seulement pour toi.

Demain à trois heures,
Il sera dans la fosse commune
Sans messe et sans curé
Car ils n’ont aucune pitié d’un suicidé.

Demain Michel
Sera dans la terre détrempée
Et quelqu’un plantera au-dessus de lui
Une croix avec son nom et la date
Et quelqu’un plantera au-dessus de lui
Une croix avec son nom et la date

C’était ma participation à Samedi en musique proposé par BBB’s mum sur son blog .

samedienmusiquebbbsmum

Samedi en musique #73

Demain ce sera cinq ans que mon papa nous a quitté. Bizarrement, plus le temps passe plus il me manque. J’ai de plus en plus de souvenirs et des moments qui me font penser à lui. Peut être qu’avant je n’avais pas eu le temps de bien élaborer son absence?
Pour ce samedi en musique, du coup, une chanson père-fille parce que même s’il n’est plus là, je suis celle que je suis aujourd’hui surtout grâce à lui.
Ci svegliavi con un bacio e poi
te ne andavi a letto mentre noi
correvamo in quella scuola che
ci dicevi « insegna a vivere »
ma la vita l’hai insegnata tu
ogni giorno un po’ di piu’
con quegli occhi innamorati tuoi
di due figlie matte come noi
cosa non darei perche’ il tempo
non ci invecchi mai
ho imparato a cantare insieme a te
nelle sere d’estate nei caffe’
ho imparato il mio coraggio
e ho diviso la strada e l’allegria
la tua forza la tua malinconia
ogni istante ogni miraggioâ?¦
per le feste tu non c’eri mai
mamma apriva i pacchi insieme a noi
il lavoro ti portava via
la tua solitudine era mia
cosa non farei per ridarti il tempo perso ormai
ho imparato ad amare come te
questa vita rischiando tutta me
ho imparato il tuo coraggio
e ho capito la timida follia
del tuo essere unico perche’
sei la meta del mio viaggio per me
e cosi’
sempre di piu’
somiglio a te
nei tuoi sorrisi
e nelle lacrime?
ho imparato il tuo coraggio
e ho imparato ad amare e credere
nella vita rischiando tutta me
e ho diviso questo viaggio con te
io con te
ho imparato il mio coraggio?
mi risveglio in questa casa mia
penso a quando te ne andavi via
e anche adesso cosa non farei
per ridarci il tempo perso ormai

C’était ma participation à Samedi en musique proposé par BBB’s mum sur son blog .

samedienmusiquebbbsmum

Un an post op

Il y a un an, j’étais dans une chambre d’hôpital avec MiniKoala. Il venait de se faire opérer pour sa craniostenose et j’étais partagée entre la joie que ce soit enfin derrière nous et l’angoisse et la tristesse de le voir avec tous ces bandages sur la tête et de ne pas pouvoir le prendre dans mes bras jusqu’au lendemain soir au minimum.

Une année est passée. Il y a eu d’autres frayeurs, mais aussi plein de joie et de bonheur. MiniKoala a développé un petit caractère bien bien trempé et il sait se servir de ma peur qu’il se cogne la tête pour obtenir ce qu’il veut.

Je ne sais pas si cette peur que quelque chose ne va pas finira un jour pour disparaitre ou si elle ira s’ajouter aux autres peurs d’une maman, mais surement je suis beaucoup plus sereine qu’avant l’opération et j’essaie de ne pas trop me focaliser là dessus. Même si, comment dire, je passe quand même beaucoup de temps à lui toucher la tête pour vérifier que tout va bien et j’ai du mal à le laisser grandir, mais ça c’est peut être du au fait qu’il n’y aura pas d’autres bébés après lui donc j’essaie d’en profiter au maximum.

J’essaierai de ne pas trop me focaliser sur cette date et de ne pas trop y penser les prochaines années, mais cette année j’ai vraiment envie de lui souhaiter un joyeux cranioanniversaire au moins ici sur le blog.

Samedi en musique #71

Une chanson en français pour une fois!
J’ai découvert Renaud en 2006, alors de mon Erasmus à Lyon. Le professeur de français langue étranger de la fac a utilisé cette chanson, Manhattan-Kaboul, pour nous faire un cours de langue.  Jusqu’à ce moment là je crois que je connaissais seulement Edith Piaf comme artiste français, oups.

C’était ma participation à Samedi en musique proposé par BBB’s mum sur son blog .

samedienmusiquebbbsmum

Samedi en musique #69

Aujourd’hui c’est la Saint Patrick. J’avais pensé sortir les photos de celle que nous avons passé, Papa Koala et moi, à Dublin, mais finalement je vais me limiter à quelques musiques thème.
Comme je suis gentille et je sais que vous êtes curieux, je peux juste vous dire que nous étions habillés en vert, nous avons bu beaucoup de bière avec les colocs brésiliens de Papa Koala, mais nous avons aussi participé à la parade avec ma copine coréenne. Sans compter les essais de danse traditionnelle à l’école anglaise où je suivais mes cours.

Un grand classique : Whiskey in the Jar des Dubliners

 

Mais aussi An Irish pub song des Rumjacks

 

Sans oublier les enfants!

 

C’était ma participation à Samedi en musique proposé par BBB’s mum sur son blog .

samedienmusiquebbbsmum

Le livre dans mon sac à main #4

Un petit aperçu des livres qui vont ouvrir mes lectures 2018.

26055985_10155593837367935_1900990946471488609_n

  1. La Vie secrète d’une mère indigne de Fiona Neill
  2. Le mamme ribelli non hanno paura de Giada Sundas
  3. Aspettami fino all’ultima pagina de Sofia Rhei
  4. La sorcière de Camilla Lackberg

Le premier je l’ai choisi (et il m’a été offert gentiment par mon mari) pour son titre.
Le deuxième, toujours sur la vie de maman, car il l’a été conseillé par la plupart de mes copines italiennes.
Le troisième je l’ai choisi un peu au hasard, lors d’une virée hyper rapide dans une librairie italienne. BebeKoala voulant jouer aux voitures sur les livres en vente, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour choisir.
Le quatrième, qui m’a été envoyé par quelqu’un qui ne s’est pas signé (mystère…), continue la série de Erica Falck et Patrik Hedstrom que j’apprécie beaucoup.

 

Le livre dans mon sac à main #3

Autant j’avais aimé L’ile des oubliés , autant j’ai eu du mal à terminer La ville orpheline de Victoria Hislop. 

9782253194422-001-t

Été 1972. La ville de Famagouste, à Chypre, héberge la station balnéaire la plus enviée de la Méditerranée, cité rayonnante et bénie des dieux. Un couple ambitieux ouvre l’hôtel le plus spectaculaire de l’île, Le Sunrise, ou Chypriotes grecs et turcs collaborent en parfaite harmonie.
Deux familles voisines, les Georgiou et les Özkan, sont de celles, nombreuses, venues s’installer à Famagouste pour fuir des années de troubles et de violences ethniques dans le reste de l’île, ou la tension monte.
Lorsqu’un putsch grec plonge l’île dans le chaos, celle-ci devient le théâtre d’un conflit désastreux. La Turquie envahit Chypre afin de protéger sa minorité sur place, et Famagouste est bombardée. Quarante mille personnes, n’emportant que leurs biens les plus précieux, fuient l’armée en marche.
Qu’adviendra-t-il du Sunrise et des deux familles restées dans la ville désertée ?

La ville orpheline
Victoria Hislop
2016
7,90€

Pourtant les livres qui mêlent sagas familiales et Histoire sont mes préférés, donc sur le papier celui-ci avait tout l’air d’être parfait. Si l’histoire était interessante, surtout que je ne connais rien de Chypre, et certains personnages passionnent, j’ai vraiment eu beaucoup de mal avec les protagonistes. J’ai détesté Savvas, Markos c’était encore pire, sans parler d’Aphroditi que j’ai trouvé vraiment insipide. Ils m’ont agacé du debout à la fin, alors que les personnages secondaires étaient déjà plus interessants.
L’écriture est assez monotone, même si elle nous décrit des scènes de guerre, des moments de danger, je n’ai jamais éprouvé aucune véritable émotions, alors que je suis du genre à pleurer même pour un livre.

Un livre que finira surement aux oubliettes et que je me suis déjà empressée de déposer dans notre recyclerie. Peut être qu’il trouvera un lecteur qui saura mieux l’apprécier.

Calendrier de l’Avent DIY avec boite à oeuf

Cette année BebeKoala a vraiment « l’esprit de Noel », alors que les années d’avant il ne comprenait pas bien. Du coup, pour le faire patienter nous avons construit un calendrier de l’avent pour papa Koala.

Materiel

2 boites de 12 oeufs (ou 4 de 6 oeufs)
peinture
pinceaux
glue
du masking tape
1 feuille de papier où dessiner 24 ronds avec les chiffres (nous avons utilisés ces jolies étiquettes trouvées sur le site Ludilabel)
24 petits cadeaux
beaucoup de patience

wp_20171111_011

(dans la photo on voit des rouleaux de papier toilette car au debout je voulais les utiliser, mais pour une première fois je l’ai trouvé trop difficile)

  1. enlever les couvercles des boites et les garder de coté, on peut les coller dessous pour donner plus de stabilité au calendrier
  2. utiliser la peinture pour décorer les boites
  3. une fois séchées, coller les boites aux couvercles ou à du carton. Nous avons mis de la peinture sur le carton prévu à cette effet, mais nous n’avons pas réussi à le coller aux boites. Je pense que nous n’avions pas la bonne glue.
  4. fixer les boites entre elles. Nous avons utilisé du masking tape de Noel.
  5. mettre les petits cadeaux dedans. Je ne dis pas qu’est ce qu’on a mis dedans car papa Koala pourrait le lire et gâcher sa surprise
  6. cacher chaque surprise avec un numéro. Nous avons utilisé le making tape pour les fixer aux boites. Ils se soulèvent facilement. Ce n’est pas très « costaud », mais assez facile à réaliser pour un enfant de quatre ans.

wp_20171115_010

BebeKoala et MiniKoala ont été ravis du résultat et je pense que, pour une toute première fois, nous nous en sommes sortis pas trop mal.
Au debout, je voulais qu’ils peignent les boites en entier, mais ils se sont lassés assez vite et, une fois sèches, ils n’ont pas voulu continuer la peinture, mais ils ont référés terminer le calendrier. Comme c’était LEUR activité, je les ai laissé decider en autonomie.

Il y a surement des améliorations à faire par les pros du do it yourself, mais l’idée est vraiment simple et le résultat sympa, même pour ceux qui n’ont aucun talent artistique comme moi.