[Chut, les enfants lisent] Le livre qui fait le plus peur du monde

Un enorme succès pour ce livre qui a séduit les deux Koalas.

le-livre-qui-fait-le-plus-peur-du-monde

Faire peur, c’est tout un travail, ça s’apprend. Mais à défaut d’effrayer ses lecteurs, ce petit fantôme les fera beaucoup rire.

Dans ce petit album en noir et blanc, le lecteur est accueilli par un petit fantôme bien décidé à lui faire peur. En vain. Mais il réussira tout de même à lui arracher un sursaut… Non ? Un frisson alors ? Toujours pas ? A court d’idées et vexé comme un pou, le petit fantôme est sauvé par le gong. Car oui, les fantômes sont comme tout le monde, ils vont à l’école, font leurs devoirs et doivent écouter leur maman quand elle les appelle pour manger. Mais ce n’est que partie remise !

Les enfanteront morts de rire à chaque fois que nous lisons cette histoire et MiniKoala, qui jusqu’à maintenant n’avait pas montré beaucoup d’intérêt pour les livres, le redemande encore et encore et encore…

 

C’était ma participation à Chut, les enfants lisent! proposé par Yolina, sur son blog Devine qui vient bloguer? 

Age :  3 – 6 ans
Collection: –
Editions : Seuil jeunesse
Prix: 8,90€

Publicités

Tu n’es pas obligé de faire comme les autres

Je n’en ai pas beaucoup parlé, mais suite au déménagement BebeKoala s’est assez bien adapté à sa nouvelle école maternelle. Pourtant, ce n’était pas évident. Nouvel quartier, nouvelle école, nouveaux copains.
Les trois premières semaines, il était dans une classe de Moyenne Section d’environs 25 enfants. Puis l’école a eu la chance de pouvoir ouvrir une septième classe et il a fallu déplacer 2 ou 3 enfants de sa classe dans la nouvelle, une classe de PS/MS . Le choix est tombé, entre autres, sur lui et même si nous avions un peu peur que ça lui fasse beaucoup de changements (nous l’avons découvert le lundi même), il a eu la chance d’être dans une nouvelle classe de seulement 20 enfants: 12 PS et 8 MS. Du coup l’après-midi il n’y a pratiquement qu’eux et ils peuvent être vraiment suivis par le maitre.

Octobre et novembre sont passés sans soucis particuliers, puis debout décembre le maitre m’a demandé s’il y avait quelques chose qui n’allait pas à la maison car BebeKoala n’était plus lui. Il faisait énormément des bêtises, il cassait des jouets, il n’écoutait plus rien et, surtout, il avait même tapé d’autres enfants.
Tout le mois de décembre a été une catastrophe. Le maitre m’a informé que si après les vacances il continuait, il allait lui préparer un « contrat » journalier avec ce qu’il devait/ne devait pas faire. Des objectifs simples pour essayer de le recadrer.

J’ai essayé de comprendre ‘il se comportait comme ça en premier ou s’il suivait les autres. D’après les maitres des fois c’était le premier, mais les animateurs du périscolaire du vendredi après-midi m’ont donné une autre version. BebeKoala arrivait à faire les activités et à être assez calme (en sachant qu’il est un enfant très actif, oppositif, pleurnichard et toujours en train de t’expliquer pourquoi c’est lui qu’il a raison) s’il n’était pas avec certains de ses camarades de classe.

J’ai donc passé beaucoup de temps à lui expliquer qu’il n’était pas obligé de faire comme ses amis, qu’ils allaient jouer avec lui même s’il ne faisait pas de bêtises et que s’il se rendait compte qu’il ne fallait pas faire une certaine chose (ou s’il avait un doute), il devait s’arrêter, se demander si c’était une bêtise ou pas et ne pas la faire. A priori le maitre lui a expliqué un peu la même chose avant la fin des vacances car depuis la rentrée il se comporte beaucoup mieux et il dit même bonjour/au revoir au maitre!

Je ne croyais pas devoir affronter un tel argument dès la maternelle, surtout que au debout j’étais bien contente qu’il fasse quelques bêtises avec ses camarades, vu que l’année dernière, à la même époque, il se faisait taper par deux ou trois enfants.

Je pense devoir chercher des pistes pour travailler avec lui son estime de soi.

Samedi en musiques #61

Me voilà de retour avec mon rendez-vous du samedi.
Cette fois voici une chanson qui parle de l’ Italie tout au long du 19ème siècle : Aida de Rino Gaetano. Un chanteur engagé, mort dans un accident de voiture en 1981 à seulement 30 ans, qui n’en avait pas vraiment l’air.

Rino Gaetano a voulu raconter l’histoire de l’Italie en suivant les souvenirs d’une femme âgée, Aida. Il parle du fascisme, mais aussi de la période difficile de l’après-guerre, sans oublier la démocratie (même s’il émet un doute « Et c’est qui qui l’a ») . 

 

Sur le site CCG j’ai trouvé la traduction en français, alors je vais vous en faire profiter:

Elle feuilletait
Ses souvenirs
Ses instantanés
Ses tabous
Ses madones
Ses rosaires
Et mille mers
Et alalà
Ses vêtements
De lin et de soie
Ses bas résille
Marlène et Charlot
Et après juin
Le grand conflit
Et ensuite l’Égypte
Et un autre âge
Marches et croix gammées
Et les fédéraux
Sous les flambeaux
L’obscurité
Et ensuite le retour
Dans un pays divisé
Plus noir sur le visage
Plus rouge d’amour

Aida
Comme tu es belle

Aida
Tes batailles
Tes compromis
Ta pauvreté
Tes salaires bas
La faim frappe
La terreur russe
Christ et Staline

Aida
Ta Constituante
Ta démocratie
Et c’est qui qui l’a
Et ensuite trente ans
De safari
Aux antilopes et jaguars
Aux chacals et lapins

Aida
Comme tu es belle

C’était ma participation à Samedi en musique proposé par BBB’s mum sur son blog .

samedienmusiquebbbsmum

[Chut, les enfants lisent] Pompom super grognon

Un livre que maman Koala adore! Pompom ressemble un peu à BebeKoala quand, très fatigué, n’a qu’une envie: râler en disant non à tous.

Ce matin, tout va de travers pour Pompom ! Et cela ne s’arrange pas au fil de la journée. Au contraire, c’est de pire en pire ! Pompom n’a plus qu’un seul mot à la bouche : « Grrrrr… ».

Pompom le petit panda partage ses aventures du quotidien avec ses amis les petits animaux. Ses problématiques, ses joies, ses angoisses, ses petites fiertés… ressemblent à celles des enfants de la tranche d’âge qui pourront facilement s’identifier à ce personnage tendre, mais au caractère bien trempé, surtout dans ses mauvais jours.

C’était ma participation à Chut, les enfants lisent! proposé par Yolina, sur son blog Devine qui vient bloguer? 

Age : Dès 3 ans
Collection: –
Editions : Tourbillon
Prix: 11,50€

Le livre dans mon sac à main #4

Un petit aperçu des livres qui vont ouvrir mes lectures 2018.

26055985_10155593837367935_1900990946471488609_n

  1. La Vie secrète d’une mère indigne de Fiona Neill
  2. Le mamme ribelli non hanno paura de Giada Sundas
  3. Aspettami fino all’ultima pagina de Sofia Rhei
  4. La sorcière de Camilla Lackberg

Le premier je l’ai choisi (et il m’a été offert gentiment par mon mari) pour son titre.
Le deuxième, toujours sur la vie de maman, car il l’a été conseillé par la plupart de mes copines italiennes.
Le troisième je l’ai choisi un peu au hasard, lors d’une virée hyper rapide dans une librairie italienne. BebeKoala voulant jouer aux voitures sur les livres en vente, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour choisir.
Le quatrième, qui m’a été envoyé par quelqu’un qui ne s’est pas signé (mystère…), continue la série de Erica Falck et Patrik Hedstrom que j’apprécie beaucoup.

 

Samedi en musique #60

Cette année, je vais terminer les chansons de Noel avec la comptine préférée de BebeKoala. Il l’a apprise à la maternelle et il la chante tous les jours en amusant beaucoup son petit frère qui danse avec lui.

L’as-tu vu, l’as-tu vu ?
Le petit bonhomme, le petit bonhomme.
L’as-tu vu, l’as-tu vu,
le petit bonhomme au chapeau pointu ?

Il s’appelle Père Noël,
Par la cheminée, par la cheminée,
Il s’appelle Père Noël,
Par la cheminée, il descend du ciel.

Il apporte des jouets,
Il en a plein sa hotte, il en a plein sa hotte,
Il apporte des jouets,
Il en a plein sa hotte et c’est pour nous !

C’était ma participation à Samedi en musique proposé par BBB’s mum sur son blog .

samedienmusiquebbbsmum

Le faux Père Noel

Hier il y a eu le spectacle de Noel à la maternelle de BebeKoala et le Père Noel est arrivé pour apporter un cadeau à chaque classe. BebeKoala a dit à son père:

Papa aujourd’hui il y avait le Père Noel à l’école, mais ce n’était pas le vrai. Les autre enfants croyaient qu’il l’était.

Il était vraiment étonné que les autres enfants puissent croire que c’était le Père Noel en personne à venir à l’école. D’ailleurs, à chaque fois qu’il a vu un Père Noel il a toujours affirmé que ce n’était pas le vrai. Pourtant il admet que le Père Noel existe et il l’attend avec impatience (en tout cas, j’ai bine peur qu’il n’y croira pas bien longtemps vu qu’il a déjà des doutes à 4 ans…)

[Chut, les enfants lisent] Elmer et papa rouge

BebeKoala a beaucoup apprécié les histoires d’Elmer à l’école et, lors de notre sortie à la bibliothèque, il a voulu ramener ce livre à la maison.

Elmer et Papa Rouge c’est une jolie histoire de Noel, très colorée, qui parle aussi de partage et de générosité.
Elmer s’occupe des éléphanteaux et prépare la nuit de Noël, allant chercher le sapin avec eux et les encourageant à veiller pour apercevoir Papa Rouge, l’éléphant de Noël.

9782211211451

Papa Rouge va bientôt passer, comme tous les ans, et les jeunes éléphants sont très impatients.
Le sapin est décoré, les cadeaux sont prêts, mais cette année Elmer a préparé une surprise extraordinaire…

C’était ma participation à Chut, les enfants lisent! proposé par Yolina, sur son blog Devine qui vient bloguer? 

Age : 3 – 5 ans
Collection: Les lutins
Editions : L’école des loisirs
Prix: 5€

Le livre dans mon sac à main #3

Autant j’avais aimé L’ile des oubliés , autant j’ai eu du mal à terminer La ville orpheline de Victoria Hislop. 

9782253194422-001-t

Été 1972. La ville de Famagouste, à Chypre, héberge la station balnéaire la plus enviée de la Méditerranée, cité rayonnante et bénie des dieux. Un couple ambitieux ouvre l’hôtel le plus spectaculaire de l’île, Le Sunrise, ou Chypriotes grecs et turcs collaborent en parfaite harmonie.
Deux familles voisines, les Georgiou et les Özkan, sont de celles, nombreuses, venues s’installer à Famagouste pour fuir des années de troubles et de violences ethniques dans le reste de l’île, ou la tension monte.
Lorsqu’un putsch grec plonge l’île dans le chaos, celle-ci devient le théâtre d’un conflit désastreux. La Turquie envahit Chypre afin de protéger sa minorité sur place, et Famagouste est bombardée. Quarante mille personnes, n’emportant que leurs biens les plus précieux, fuient l’armée en marche.
Qu’adviendra-t-il du Sunrise et des deux familles restées dans la ville désertée ?

La ville orpheline
Victoria Hislop
2016
7,90€

Pourtant les livres qui mêlent sagas familiales et Histoire sont mes préférés, donc sur le papier celui-ci avait tout l’air d’être parfait. Si l’histoire était interessante, surtout que je ne connais rien de Chypre, et certains personnages passionnent, j’ai vraiment eu beaucoup de mal avec les protagonistes. J’ai détesté Savvas, Markos c’était encore pire, sans parler d’Aphroditi que j’ai trouvé vraiment insipide. Ils m’ont agacé du debout à la fin, alors que les personnages secondaires étaient déjà plus interessants.
L’écriture est assez monotone, même si elle nous décrit des scènes de guerre, des moments de danger, je n’ai jamais éprouvé aucune véritable émotions, alors que je suis du genre à pleurer même pour un livre.

Un livre que finira surement aux oubliettes et que je me suis déjà empressée de déposer dans notre recyclerie. Peut être qu’il trouvera un lecteur qui saura mieux l’apprécier.