Positif

La semaine dernière BebéKoala nous dit que dans sa classe il y a un copain qui va à l’école meme si sono papa à le covid, car à la maison ils gardent tous le masque.

Hier soir nous recevons un mail de la part de la directrice qui nous prévient que, suite à un cas positif, la classe ferme et les enfants doivent se faire tester le lendemain ainsi que le mardi 6, sans test ils ne pourront pas revenir à l’école avant les vacances.

Ce matin, donc, j’amène BebeKoala à la pharmacie de quartier pour faire un test antigenique, mais comme il va bien et il n’a pas de symptômes particuliers je suis assez confiante. Plusieurs autres enfants de sa classe sont là, il y a beaucoup de résultats positifs, dont celui de mon fils.
Cet après-midi j’amène aussi son petit frère, mais pour le moment nous sommes tous négatifs et BebeKoala a gagné le droit de garder le masque à la maison.

Je pense qu’on va tous l’attraper car garder les distances et les mesures barrières à quatre dans un T3 ça va etre difficile, mais nous allons tous faire de notre mieux.

Etant personne à risque je suis un peu inquiète pour moi, mais je garde le sourire pour mon grand que ce matin pleurait en disant qu’il ne voulait pas nous faire tomber malades et que ce n’était pas juste car ils avaient dit à la télé que les enfants ne pouvaient pas attraper la covid.

Covidisaurus

-Maman je suis triste, nous pouvons pas danser avec les grands parce qu’il y a trop de Covidisaurus
-Trop de quoi?
-Covidisaurus, le virus

J’avoue, je l’ai trouvé très mignon le covidisaurus, meme si à cause de lui le projet avec l’école de danse du quartier a été arreté et le grand ne peut pas aller à la piscine avec sa classe.

Controle technique

Ce matin MiniKoala avait son controle annuel post opératoire, pour vérifier qu’il se développe bien, que le tour de tete grandi bien, que les os se sont refermés.
Au mieux, je m’attendait à un « tout va bien, on se revoit l’année prochaine » ou « les trous dans son crane sont encore trop gros, il faut opérer à nouveau ». Alors, quand le chirurgien lui a dit « MiniKoala tout va très bien, nous nous reverrons pour tes 10 ans » j’ai failli tomber de la chaise de stupeur, joie, mais aussi d’inquiétude car le revoir tous les ans été assez rassurant.

A la fin, MiniKoala nous a bien fait rire car il a vu le scanner d’un autre enfant et il a exclamé « ooooooh un squelette, on voit toutes les os. C’est joli! » et le chirurgien a pris quelques minutes pour lui expliquer les images.

Du confinement et de la reprise de l’école

Ca fait longtemps que je n’ai rien écrit. J’avais pensé avoir plus de temps avec ce confinement, mais entre télétravail, devoirs et apprentissages des enfants, jeux  et taches ménagères, le soir je suis plus fatiguée qu’avant.
Les enfants se couchent aussi plus tard, par rapport à quand ils allaient à l’école car ils ne se dépensent pas assez. Nous avons fait le choix de ne pas les sortir pendant le confinement et, meme si on fait du sport tous les jours, ce n’est absolument pas suffisant à les dépenser.

Aujourd’hui je me suis, enfin, décidée à profiter de l’heure quotidienne pour faire une petite promenade avec eux. Nous sommes allées faire un petit coucou à l’école, où des ouvriers étaient en train de peindre par terre devant le portail de l’école primaire « zone d’attente merci ». Ils ont marché un peu inquiet. Ils n’ont rien touché de peur de toucher un méchant virus, ils ont trouvé le courage de faire un tout petit dessin à la craie devant l’école, puis on s’est aventuré dans le jardin de notre résidence où ils ont regardé les fleurs, le potager et fait deux tours en courant. Après cela ils étaient essoufflés et en sueur, eux qui d’habitude sont infatigables. Ils m’ont fait tellement de peine… Au début ils voulaient aller au parc et ils ne comprenaient pas pourquoi c’était interdit.
BebeKoala a rapidement demandé à rentrer à la maison, meme s’il était content d’etre sorti. MiniKoala a pleuré car il voulait jouer au ballon et faire du vélo.

BebeKoala étant au CP, il est censé retourner à l’école le 12 mai. Est-ce qu’on va le mettre? Peut etre que oui, peut etre que non. Forcement cela dépendra de nos boulots, meme s’il y a de chances que l’établissement pour lequel je travaille nous permette de continuer le télétravail jusqu’à la rentrée de septembre.
J’avoue que si j’avais confiance dans le gouvernement pour sa gestion de la crise, je mettrais les enfants à l’école sans aucun souci. BebeKoala va peut etre comprendre la nécessité des gestes barrières, au moins les premiers jours. Puis l’idée des petites classes ce n’est pas trop mauvaise et je vois que ses copains et l’école lui manquent, mais quid des masques? Du savon, des protections pour les enseignants?
Je ne parle pas des apprentissages car il a toujours aimé les maths et maintenant il lit très bien, d’ailleurs on profite du confinement pour bien progresser dans l’apprentissage de l’italien et il m’épate. Je pense que meme s’il perd la fin de l’année, il saura récupérer l’année prochaine. Surtout qu’il ne sera pas le seul dans ce cas. Mais c’est au niveau des rapports humaines que je m’inquiète plus. Il a toujours eu des rapports compliqués avec les autres enfants,  à cause de son caractère pas simple du tout, mais ces copains lui manquent. Son petit frère ne lui suffit pas, à la maison c’est difficile de le décrocher des écrans (dessins animés, jeux vidéos, logiciels et jeux éducatifs) et les crises d’énervement et les pleurs sont revenus en force.

J’en veux au gouvernement de ne pas avoir su gérer la crise, de ne pas nous donner la possibilité d’acheter des masques un peu performantes en pharmacie (en Italie maintenant on trouve les masques chirurgicaux et les FPP2, sans parler des masques fournis par les villes qui ne sont pas de masques « tout public »), de changer d’avis tout les jours et de  nous mettre dans cette situation impossible. Mettre les enfants à l’école pour leur bien être relationnel et psychologique ou les garder à la maison pour préserver la santé (la leur, la notre, celle des enseignants).

Je veux bien qu’on ne puisse pas rester dans cette bulle de façon indéterminée, mais l’école est sure ou elle ne l’est pas. Pourquoi ne pas aller par palier et faire sortir les enfants du confinement plus en douceur? Ils ont passé deux mois confinés à la maison et là ils vont rentrer dans écoles « militaires », ils doivent garder les distances dès copains et des maitresses qui leur ont tellement manqué, …

J’ai peur pour eux car s’ils tombent malades ce sera notre faute car nous avons décidé de les remettre, mais d’un autre coté je m’en veux de les empêcher de voir leurs copains, de reprendre un brin de normalité si, effectivement, les enfants sont moins touchés et c’est moins dangereux pour eux. Ce matin mon fils, 6 ans et demi, me disait « maman c’est moi qui touche les poignets et les portes car le virus n’est pas méchant avec les enfants comme moi, mais pour toi il peut etre dangereux ».

Alors moi, pour l’instant, je ne sais pas quoi faire et j’ai juste envie de pleurer.

La cicatrice

Lundi MiniKoala avait son control annuel à l’hôpital pour le suivi post opératoire.
Dans la salle d’attente nous avons rencontré un bébé avec le meme prénom que MiniKoala, je le lui fais remarquer, et il se rapproche de lui en touchant sa tete, puis celle du bébé et en disant :

Toi aussi t’as une cicatrice?

C’était à la fois mignon et un peu triste, mais c’est vrai que nous lui avons toujours parlé de sa cicatrice qui va d’une oreille à l’autre, dans l’espoir qu’en grandissant n’aura pas envie de la cacher, mais de couper les cheveux comme il préfère.

Ceux qui ne montèrent pas dans l’avion

Si je pense à ce qui s’est passé je m’énerve à nouveau, alors je commence directement avec la version courte puis on verra si j’ai envie de rentrer plus dans le détail :

Jeudi 13 nous devions prendre l’avion pour aller une semaine à Berlin. Voyage prévu assez longtemps à l’avance pour faire plaisir aux enfants qui voulaient prendre l’avion (et aux parents qui aiment voyager). Puis MiniKoala a eu la varicelle, je suis tout de suite allée chez le médecin pour demander quoi faire et s’il pouvait voyager, en soulignant qu’il prenait l’avion. Sa réponse : « ne vous inquiétez pas, d’ici là il sera complètement guéri et il pourra voyager« .  Du coup je ne me suis pas plus inquiétée que ça, la varicelle a fait son cours, il est retourné à la crèche, il est meme allé chez sa mamie quelques jours pendant que son grand-frère fêtait son anniversaire avec les copains et se gonflait au visage pour une allergie (surement aux graminée comme son père) et le jour du voyage nous nous présentés chez EasyJet avec un enfant en pleine santé et trois pauvres croutes sur le nez.
Personne ne nous à rien dit au moment de mettre les bagages en soute, ni pendant les (très) longs controles de sécurité ou pendant le 2h30 d’attente dans l’aéroport. Mais au moment de monter dans l’avion le drame. Le personnel de terre voit les trois croutes (qui tomberont le lendemain) et il nous interdit de monter dans l’avion sans un certificat medicale car il pouvait etre encore contagieux. Soit.
Les enfants pleurent, ne comprennent pas, le « méchant monsieur qui ne veut pas nous faire monter dans l’avion » (comme mon ainé l’appellera dans ses cauchemars pendant une bonne semaine) ne veut rien entendre, il nous dit que c’est notre faute car nous n’avions  pas lu les conditions de vente* où il y avait marqué le certificat, sinon il devait nous croire sur parole et donc, d’après lui on pouvait mentir juste pour monter dans l’avion. C’est sympa de se faire traiter de menteurs, sans nous connaitre, devant une foule qui attend de monter dans l’avions et, surtout, devant nos enfants.
Nous demandons alors une attestation de refus d’embarquement, pour essayer de nous faire rembourser et il nous dit d’aller  au guichet où on nous traite encore de menteurs en nous disant « c’est impossible que mon collègue vous ait envoyé ici car je ne peux pas faire ce genre d’attestation« . En attendant les enfants pleurent toujours, ils ne comprennent pas pourquoi on nous pousse dehors et pourquoi nous ne pouvons pas monter dans l’avion voler avec les oiseaux (cit MiniKola).

Bref, nous ne sommes pas allés à Berlin. Les enfants ont été traumatisé au point d’en faire des cauchemars, nous avons été traité de menteurs et l’expérience a été horrible. Mais nous avons us rebondir en organisant un chouette voyage dernière minute en train à Toulouse.

*En rentrant à la maison je suis quand meme allée lire les fameuses conditions de vente de EasyJet et les voilà (vous les trouvez ici aussi):

Prendre l’avion après une maladie ou une opération

Les passagers voyageant alors qu’ils souffrent d’une infection bénigne, y compris celles mentionnées ci-après, sont autorisés à prendre l’avion en respect des directives du tableau ci-dessous.

Maladies infectieuses Autorisation de voyager
Rubéole 4 jours après le début de l’éruption
Rougeole 7 jours après le début de l’éruption
Oreillons Lorsque tous les gonflements se sont résorbés (généralement après 7 jours)
Varicelle 7 jours après l’apparition du dernier bouton
Infections virales (par ex., grippe saisonnière) Lorsque la personne n’est plus contagieuse

Les passagers souffrant d’une maladie infectieuse grave (par ex., infections respiratoires graves, tuberculose, pneumonie) ne seront pas acceptés à bord sans un certificat provenant d’un spécialiste confirmant leur aptitude à prendre l’avion. Les passagers souffrant d’une méningite ou étant infectés par un virus résultant d’une pandémie telle que le Sars-CoV ou H1N1 (”grippe porcine”) ne seront pas acceptés à bord.

 

Alors oui, on peut se dire qu’il faut quand meme un certificat medicale pour dire que ça fait au moins 7 jours sinon on pourrait mentir, mais alors il faudrait l’écrire clairement sur leur site internet car j’avoue que meme en lisant ça, j’aurais peut etre juste fait le calcul en me disant que c’était bon sans forcement aller chez le médecin.
Je peux meme comprendre ne pas vouloir faire monter des gens avec la varicelle, meme si elle est contagieuse aussi avant l’apparition des boutons, donc bon ça ne sert pas à grande chose leur système. Mais ce que je ne peux pas tolérer c’est la manière dont ils nous ont traité, sans nous donner le temps ni les moyens de trouver une solution (on aurait pu demander au médecin de l’aéroport, par exemple) . Ils avaient juste envie de se débarrasser de nous et c’est pour cela que, meme s’ils sont peut etre les moins chers du marché, nous ne voyagerons plus jamais avec eux .

(Finalement ce n’est peut etre pas une version courte de l’histoire)

La varicelle

Ca faisait quelque semaine que à la crèche il y avait affiché le panneau « 1 cas de varicelle » et nous nous demandions si MiniKoala allait y échapper cette année encore ou si, loi de Murphy oblige, il allait l’avoir lors de notre semaine à Berlin.
Le premier bouton est apparu sur son cou, mais ce n’était pas très sur que ce soit la varicelle. Le lendemain la situation était presque inchangée, il n’y avait que moi qui avait remarqué des micro-signes sur le dos. J’ai quand meme pris rendez-vous chez le pediatre pour vérifier car ce n’était toujours pas clair, peut etre des nouveaux signes rouges par ici par là.
Puis la voilà. Une belle varicelle en bonne et due forme. J’ai quand meme emmené MiniKoala chez le pediatre pour avoir la confirmation et récupérer une ordonnance d’antihistaminique contre les démangeaisons.
Maintenant il n’y a plus qu’attendre que la maladie passe. Il est meme déjà retourné à la crèche car il n’ avait plus de fièvre et les cloques commençaient à sécher, meme s’il en est bien recouvert (son frère l’avait eu bien plus légère en 2015) .

Séance de psychomotricité #24

Les séances chez la psychomotricienne s’approchent de la fin.
BébéKoala travaille toujours très bien avec elle et les progrès sont là. Pour le soutenir lors de l’entrée au CP et l’aider avec ses angoisses, elle nous a conseillé de prendre rendez-vous avec un pédopsychiatre. Il faudra en trouver un car apparemment il n’y en a pas beaucoup et ils ont des délais d’attente de plusieurs mois.

Pour elle, les plus grosses difficultés de BebeKoala viennent de son angoisse, de sa peur de rester seul et la gestion du groupe. Dès qu’il n’est pas assez encadré il entre dansa sa boule et il ne se rend pas compte de ce qui se passe autour de lui. Il peut faire des bêtises sans s’en rendre forcement compte et quand il dit qu’il ne sait pas parce qu’il a fait quelque chose c’est tout à fait possible que ce soit la vérité (d’autres fois non, il sait très bien qu’il ne doit pas le faire, mais il le fait quand meme).

De quoi m’angoisser pour son entrée au CP! Au moins, tant qu’il est dans les apprentissages ça va. Il arrive à se concentrer et il travaille bien, c’est plutôt les moments « libres », les récréations, les groupes qui posent problème. J’espère qu’en grandissant ça ira mieux.
Elle m’a dit qu’il est extrêmement sensible et cela exacerbe ses réactions: il pleure pour un rien, il s’énerve facilement, les colères sont puissantes meme si maintenant il arrive à me dire « je suis en colère/fâché » et du coup il se calme plus vite.

Je lui ai demandé si elle pensait qu’il puisse etre hyperactif ou avoir un autre trouble et elle m’a dit qu’elle ne pense pas. Bien sur, sans des tests elle ne peut pas le confirmer à 100% et ce n’est pas son travail non plus, mais pour moi c’est déjà rassurant.

BebeKoala aura encore 2 ou 3 séances en juin/juillet et puis ce sera terminé et dire qu’en octobre dernier je pensais que quelques rencontres auraient été suffisantes, j’étais loin de douter toute l’angoisse, les doutes, les peurs, que mon garçon cachait au fond de lui!

Séances de psychomotricité 17 et 18

Les séances continuent de bien se passer.
BebeKoala apprend petit à petit à avoir plus confiance dans ses capacités de dessin, ce qu’il lui permet de créer plein d’histoires sur papier ou sur tableau et de « vider sa tete » car comme il dit sa tete est trop pleine d’idées et des choses.

Nous travaillons aussi sur une routine du soir, pour lui permettre de s’endormir en douceur et d’aller au lit sans trop d’énervement de notre part. BebeKoala étant un enfant assez angoissé, le moment du coucher est assez difficile et la séparation lui fait peur, du coup il essaye d’éloigner le plus possible le moment d’aller au lit ou de nous pousser au bout pour qu’on lui impose très très très très ferment de dormir. Si on fait comme ça il s’endort en trois secondes chrono.

Séance de psychomotricité 16

Jeudi dernier BebeKoala s’est entrainé à faire des jeux de constructions sans avoir peur qu’ils se cassent ou les tours tombent. Des jeux de société aussi, pour ne pas pleurer quand il perd et apprendre à respecter son tour (il a déjà fait beaucoup de progrès depuis septembre) et aussi beaucoup de dessin.
Il a dessiné toute une histoire, mais sur le tableau comme ça il a pu l’effacer tout de suite et ne pas s’exposer à l’avis des autres. A priori, cette semaine il va essayer de passer du tableau à une feuille blanche pour pouvoir l’afficher sur le mur des dessins de la psychomotricienne.

Gros point positif à l’école:  il a réussi à rester dans le premier vert toute la semaine ! Lundi, bien évidemment, il est retombé direct dans le rouge, mais la maitresse à quand meme voulu marquer les efforts en lui donnant un bonus (un livre à la maison).