Toulouse – Visite de la Cité de l’Espace en famille

Une des raisons pour lesquelles nous avons choisi d’aller à Toulouse, c’était la Cité de l’Espace. J’ai lu des avis divers et variés sur l’age à laquelle les enfants peuvent en profiter vraiment, donc je le dis tout de suite: les enfants ont tous les deux apprécié. D’ailleurs à l’Office du Tourisme on me l’a carrément déconseillé car à  5ans et demi et 3 ans et demi, ils étaient trop petits. Alors oui, cela dépend aussi des enfants, mais MiniKoala avait déjà profité de la Cité des Sciences à Paris, alors qu’il n’avait pas encore deux ans, donc j’étais assez sure de mon coup.

IMG_6800

Pour en profiter pleinement, il faut regarder les horaires des différentes attractions et spectacles pour réussir à faire un emplois du temps efficient. Nous avons, par exemple, raté la fusée à eau car en semaine en juin c’était une seule fois par jour et nous étions en train de faire quelque chose d’autre.

Trois points négatifs :

1. Le site internet n’est pas très clair sur ce qu’on peut faire et les ages conseillés, alors nous avons du attendre d’etre sur place pour mieux nous organiser. Le Stellarium, par exemple, qui était conseillé par la tranche d’age des petits Koalas était fermé ce jour là. Nous nous sommes rabattus sur le Planetarium, mais effectivement c’était un peu long pour MiniKoala (50 minutes environs).

2. La sécurité à l’entrée du site. Je precise que je n’ai rien contre, mais nous sommes tombés sur une personne très pointilleuse qui a ouvert tous les sacs des écoliers devant nous et les a tous fait passer au metal detector, alors que les autres étaient beaucoup plus souples. Notre tour venu, BebeKoala a pris peur et il ne voulait pas passer, il s’est mis à pleurer et crier et nous avons vraiment failli changer d’avis et ne pas entrer. D’ailleurs il lui a fallu une bonne heure pour vraiment se calmer (alors que l’enfant de la file d’à coté a pu entrer avec un gros couteau).

3. Les restaurants et bars étaient tous fermé à l’exception d’un, assez cher et pas trop adapté aux enfants. Nous aurions pu consommer plus de glaces et de boissons, surtout que ce jour-là il faisait vraiment chaud.

A part cela, tout s’est très bien passé. Nous n’avons pas regardé les films en 3D car nous savions qu’ils n’intéresseront pas les enfants et nous avons raté aussi l’animation Rendez-vous Lune, mais  l’animatrice nous a quand meme fait un petit résumé et offert des ballons. Encore merci!

La Base des Enfants est assez sympathique pour les enfants plus jeunes,  surtout la construction et le lancement d’une fusée, mais nous avons assurément préférés les autres expositions, très interactives, ainsi que le quiz Terradome.

 

MiniKoala et moi, nous sommes montés dans la capsule russe Soyouz. BebeKoala n’a pas voulu monter, mais il en a parlé à sa grande-mère quand ils ont regardé à la télé le programme speciale sur l’atterrissage sur la Lune.

Les espaces extérieurs sont très bien pensés avec les fusées, le système solaire, l’eau pour découvrir les arc-en-ciel. Par contre, nous n’avons pas pu beaucoup profiter de l’aire de jeux car il faisait très chaud et les jeux en métal étaient bouillant. Il y avait meme marqué « attention risque de brulure ». Je sais qu’ils sont censés représenter les modules pour l’espace, mais l’utilisation d’autres matériaux aurait été plus adaptée?

Au final, l’important est que les petits (et les grands!) se sont amusés.

Informations pratiques

Tarifs haute saison
tarifs-haute-saison-billet-1-jour

Horaires : de 10h à 17h ou 18h selon les périodes

Plan du site
plan_cite_2016-1589x1085

Publicités

Toulouse – Visite de l’Espace Bazacle EDF en famille

Mi-juin, suite à notre mésaventure avec la varicelle et EasyJet, nous sommes allés quelques jours à Toulouse et, meme si la plupart des gens qui nous avons rencontré était étonnée qu’on puisse rester plus d’un week end à Toulouse, nous avons trouvé de quoi nous occuper.

IMG_6740

Parmi les activités qui ont plu le plus aux enfants (5 ans et demi et 3 ans) il y a eu la visite de l’Espace Bazacle de EDF. Il faut dire que nous avons eu de la chance car  c’étaient les Journées de l’Industrie Electrique et, en plus de la visite guidée, il y avait des animations sur les poissons de la Garonne : jeux sportifs, murales, déguisements, réalité 3D.

 

Situé en plein cœur de la ville, en bordure de Garonne, l’Espace EDF Bazacle propose une offre très variée au public : parcours muséographique, grande terrasse surplombant la Garonne, expositions temporaires dont certaines avec le soutien de la Fondation EDF, galerie photos, passe à poissons, visites guidées incluant l’usine hydroélectrique encore en activité.
Le Bazacle est ouvert au public depuis 1989 et depuis, près d’1,6 million de visiteurs ont découvert ce patrimoine exceptionnel. Chaque année, plus de 120 000 visiteurs, petits et grands, viennent admirer ce lieu insolite, totalement gratuit et ouvert toute l’année (sauf le lundi).

Qui aurait cru qu’une centrale hydroélectrique aurait pu etre aussi amusante? Et complètement gratuit en plus !

 

 

Le livre dans mon sac à main #8 – Un cheval dans la salle de bain

51vown2exal._sx300_bo1204203200_

De Sherlock Holmes à Philip Marlowe, il existe une longue tradition de détectives privés brillants, astucieux, à qui on ne la fait pas. Malheureusement, Dirk Gently n’en fait pas partie. Plus intéressé par la télékinésie, la physique quantique et les pizzas froides que par la chasse minutieuse aux indices, Dirk Gently emploie pour ses enquêtes des méthodes, disons… particulières, avec des résultats, disons… inattendus. Dirk Gently est un détective holistique. Chargé – sans fierté excessive – de retrouver un chat disparu, Gently va être confronté à un fantôme ahuri, un voyageur temporel, un secret dévastateur plus ancien que l’humanité et qui menace de la mener à une fin prématurée… et à un cheval, qui trône nonchalamment dans une salle de bains. En plus, le petit chat est mort. Le plus grand roman policier, romantique, d’humour, de voyage dans le temps, d’horreur et fantastique jamais écrit. Le seul, à la réflexion.

Comme la pluspart des gens, je connaissais Douglas Adams pour son oeuvre la plus connue, Le Guide du voyageur galactique (The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy), une saga de science-fiction humoristique dont il scénarisa le feuilleton radio original puis écrivit la « trilogie en cinq volumes » de romans.
Puis, grace à Netflix j’ai connu la série Dirk Gently Detective Holistique qui était complètement loufoque, mais tout aussi interessante.
Mon mari m’a donc offert pour mon anniversaire les livres  Un cheval dans la salle de bain et Beau comme un aéroport.

Le protagoniste est Dirk Gently, un detective holistique qui croit à l’interconnexion de toute chose et n’utilise pas les procédés traditionnels pour résoudre ses enquêtes. Pour lui tout est forcement lié, donc meme des choses qui apparemment n’ont aucun lien entres elles sont surement très importantes.
Tout est absurde dans ce livre et c’est exactement ça qui en fait tout son charme: des voyages dans le temps, un chat perdu, un cheval dans la salle de bain et bien plus encore.

Titre: Dirk Gentle, détective holistique, tome 1 : Un cheval dans la salle de bains
Titre originel: Dirk Gently’s Holistic Detective Agency
Année: 2003
Editions : Folio SF
Prix: 7,40

Le livre dans mon sac à main #7

51fkefcri8l._sx315_bo1204203200_

« Au septième jour, une nuée de corbeaux jaillit des tours de Peyredragon pour propager la parole de lord Aegon aux Sept Couronnes de Westeros. Ils volaient vers les sept rois, vers la Citadelle de Villevieille, vers les seigneurs tant petits que grands. Tous apportaient le même message : à compter de ce jour, il n y aurait plus à Westeros qu’un roi unique. Ceux qui ploieraient le genou devant Aegon de la maison Targaryen conserveraient terres et titres. Ceux qui prendraient les armes contre lui seraient jetés à bas, humiliés et anéantis. »

Trois cents ans avant les événements du Trône de FerFeu et sang raconte l’ unification des sept royaumes.

Les fans de George R.R. Martin et du throne de fer l’attendait, les origines de notre saga préférée (meme si on voudrait plutôt les autre livres de la serie, mais bon on ne peut pas tout avoir).

Rien à dire sur l’histoire, elle est vraiment très interessante et les Targaryens ont plein de choses à nous raconter.
J’ai beaucoup apprécié le style du livre, meme si au debout j’étais toute surprise par l’absence de dialogues et par le nombre des personnages, au point de craindre de me perdre. Mais j’avais oublié le talent de l’auteur et, finalement, je l’ai lu en deux jours seulement (ou plutôt deux nuits vous que les enfants ne voulaient pas que je les ignores).

Gros  gros gros point négatif: l’édition.
Le livre m’a été offert pour Noel et il est en français. Je n’avais pas encore eu l’occasion de tester cet univers dans cette langue (j’ai la version italienne et l’anglaise de ASOIAF) et je ne saurais pas dire combien j’en suis déçue. Déja j’avais l’habitude aux noms des personnages et des lieux en anglais, alors il m’a fallu un peu de temps pour m’habituer aux traductions françaises, mais ça à la limite c’est mon problème et j’aurais du m’y attendre.
Par contre, au vu du prix je ne m ‘attendais pas à avoir seulement la moitié de la version originale. Sans compter que les illustrations sont absentes, j’imagine qu’elles seront dans la deuxième partie, mais je me sens arnaquée.
Je me serais attendue aussi à une couverture reliée et là encore une vraie déception. Je vais surement donner ou revendre cette édition et investir plutôt dans celle originale, meme si la lecture va etre au ralenti.

Titre: Feu & Sang – Tome 1
Titre originel: Fire & Blood
Année: 2018
Editions : Pygmalion
Prix: 21,90€

[Les enfants vont au cinéma] Le petit chat curieux

La semaine dernière j’ai eu l’occasion d’accompagner la classe de BebeKoala au cinéma de quartier voir Le petit chat curieux, dans le cadre du programme Maternelle et cinéma.

74_poster_scale_374x498

Dans la charmante maison de Grand-papa, la vie s’écoule paisiblement au rythme des saisons. Koma, la petite chatte, ne manque ni d’idées, ni d’amis pour occuper ses journées. Mais quelquefois, d’étranges créatures viennent perturber le cours tranquille de l’existence… Heureusement, Koma et ses amis trouvent toujours une bonne solution.

Il s’agit de 5 courts-métrages sur les aventure de Koma, une petite chatte qui vit chez son grand-père et aime coudre des personnages et filmer leurs « aventures », et ses amis:

Le premier pas
Koma décide de réaliser son propre film: elle imagine le storyboard, fabrique les marionnettes, coud les costumes et dessine les décors.

Caméra à la main
Koma adore se promener caméra à la main : filmer la nature, les poussins tout juste éclos, mais quand le chat dort, le fantôme s’amuse !

Koma et Radi-Bo
Radi-Bo, le nouvel ami de Koma, vient avec le robot qu’il a fabriqué. Cette poupée mécanique s’entend bien avec les marionnettes…. Quelle belle après-midi ils passent tous ensemble dans le grenier !

La bataille de Radi-Bo
L’ingénieux Radi-Bo fait voler son avion radiocommandé, mais un oiseau s’est mis en tête de le contrarier.

De vrais amis
Koma part en pique-nique avec ses marionnettes, mais la rencontre inattendue avec un drôle de yéti va semer le désordre dans sa vie tranquille.

Koma est passionnée par le cinéma et elle aime créer des films d’animations dans sa chambre au grenier. Elle construit les décors, fabriques les personnages, dessine le storyboard et filme tout avec sa caméra.
Komaneko est une mise en abyme permanente car les personnages font des films dans le film.
Ce dessin animé parle du plaisir de créer quelques chose par soi meme, mais aussi des efforts et de la concentration nécessaires. Il parle aussi de l’amitié car quand elle ne tourne pas des films, Koma aime jouer avec ses amis et faire des nouvelles rencontre.

BebeKoala a surtout apprécié l’histoire du yeti et son final ouvert, en effet lui et les autres enfants n’ont pas donné la meme interprétation à la fin.

Titre original: Komaneko
Pays: Japon
Réalisateur: Tsuneo Goda
Année: 2009
Durée: 1h
Age: A partir de 4 ans

[Les enfants vont au cinéma] Paddy, la petite souris

Petite virée au cinéma de quartier avec mes garçons. Nous sommes allés voir Paddy, la petite souris de Linda Hambäck.

plps

Tous les animaux parlent du temps où la renarde rodait. Heureusement qu’elle n’a pas été vue depuis longtemps !
Mais lorsque l’écureuil se rend chez l’inspecteur Gordon au sujet d’un vol de noisettes, ce dernier suspecte à nouveau l’animal tant redouté. Pour démasquer le voleur, il aura bien besoin de Paddy la petite souris au flair particulièrement aiguisé…

 

Une histoire d’amitié et de tolérance au beau milieu de la foret enneigée.
Dans la paisible forêt enneigée, vivent toutes sortes d’animaux. Lors d’une de ses enquêtes, le commissaire crapaud Gordon rencontre une jeune souris sans travail, ni maison, ni même de nom. Il commence par la suspecter d’un vol de noisettes puis, pris de sympathie pour cette petite souris, il lui donne le nom de Paddy et lui offre la possibilité d’une nouvelle vie : devenir officier de police et être son assistante. Ensemble, ils forment un excellent duo. Mais vient l’heure de la retraite pour Gordon. Paddy se retrouve alors seule à enquêter sur une nouvelle affaire : un vol d’œuf de pie et une disparition d’enfants. Les rumeurs sur la culpabilité de la renarde grandissent de toute part et les habitants de la forêt se barricadent chez eux, la peur au ventre… Courageuse, Paddy décide de ne pas céder à la panique et d’aller à la rencontre de la renarde. Elle va enfin permettre à tous les habitants de la forêt de mieux comprendre l’animal tant redouté et de ramener le calme… (extrait du dossier de presse)

Ce film d’animation est une adaptation de trois livres suédois sur les enquetes d’un commissaire de police crapaud, Gordon, et de son assistante souris, Paddy.  Les livres ont été traduits en plusieurs langues, mais pas en français ce qui est vraiment dommage car je pense que mes enfants auraient bien aimé les lire. Par contre, aux éditions l’école des loisirs on retrouve d’autres albums de l’auteur, Ulf Nilsson.

Le film se déroule tout au long des 4 saisons: en hiver Gordon rencontre Paddy, au printemps et en été elle fait ses apprentissages comme policière, puis à l’automne Gordon prend sa retraite et laisse sa place à la petite souris.
La peur est aussi un élément très présent: Paddy a peur du noir, les autres animaux ont peur de perdre leur noisettes, mais ils ont aussi très peur de la renarde. BebeKoala, le rois des peurs,  s’est beaucoup identifié tout au long du film. [Spoiler alert] A la fin il était vraiment soulagé de découvrir que la renarde était gentille et voulait seulement protéger ses petits.

Titre original: Gordon och Paddy
Pays: Suède
Réalisateur: Linda Hambäck
Année: 2017
Durée: 1h01
Age: A partir de 3 ans

Le livre dans mon sac à main #6

9782330086145

Camilla Lackberg
Actes Sud
704 pages
24€

Une fillette de quatre ans disparaît de la ferme isolée de ses parents. Après une longue battue, Nea est retrouvée nue sous un tronc d’arbre dans la forêt, assassinée. Fait troublant : la fillette se trouvait à l’endroit où, trente ans plus tôt, avait été découvert le corps sans vie de la petite Stella, une fillette du même âge qui habitait la même ferme. À l’époque, deux ado­lescentes, Marie et Helen, avaient été condamnées pour le meurtre : elles avaient avoué avant de se rétracter. Désormais mariée à un militaire autoritaire et psychopathe, Helen mène une vie recluse, non loin de la ferme, dans l’ombre des crimes passés. La belle Marie, quant à elle, est devenue une star du cinéma à Hollywood ; pour la première fois depuis la tragé­die, elle vient de revenir à Fjällbacka pour un tournage. Cette coïncidence et les similitudes entre les deux affaires sont trop importantes pour que Patrik Hedström et son équipe puissent les ignorer, mais ils sont encore loin de se douter des répercus­sions désastreuses que va avoir leur enquête sur la petite loca­lité. De son côté, Erica Falck écrit un livre sur l’affaire Stella. Une découverte la trouble : juste avant son suicide, le policier responsable de l’enquête à l’époque s’était mis à douter de la culpabilité des deux adolescentes. Pourquoi ?

Depuis quelques années je me suis découverte une passion pour les romans policiers, alors que je n’en avais pas lu pendant presque 30 ans. Camilla Lackberg est, parmi les auteurs du genre, une de celles que j’aime le plus. J’avoue que je préfères les ouvres écrites par des femmes, avec des protagonistes femmes, plutôt que de lire des enquêtes au masculin, mais je suis ouverte à tout conseil pour agrandir mes connaissance des romans policiers.

La sorcière est le dixième volet des aventures de Erika et Patrik et surement un de plus aboutis. L’autrice reprend certains thèmes déjà utilisé lors des livres précédents, mais sans que cela semble trop répétitif, comme cela peut arriver quand on a de plus en plus de volumes avec les mêmes personnages.

700 pages ça peut paraitre trop et pourtant je ne me suis jamais vraiment laissée et j’ai dévoré le livre en même pas une semaine. Comme toujours l’histoire se déroule sur plusieurs époques: l’enquête contemporaine, l’enquête sur la mort de Stella il y a 30 ans et l’histoire d’une femme en 1700.
J’ai beaucoup apprécié l’insertion des réfugiés syriens dans l’intrigue, même si j’en ai été bouleversé car en même temps j’ai appris le décès à Damas de la grande-mère d’une copine .
Si j’ai trouvé une partie un peu ennuyeuse ça a été celle sur les enfants de Helen et Marie et les autres adolescents et dès le debout j’ai vu où Camilla Lackberg voulait en venir.

En definitive, un dixième volet très passionnant qui donne envie d’avoir tout de suite  à disposition le suivant.

La Commune – Lieu de vies et de cuisines

La Commune c’est un concept sympa, sur l’esprit des food courts asiatiques, qui vient d’ouvrir sur Lyon. Environ 1.500 mètres carrés où on peut manger, travailler, participer à différents ateliers, boire, faire la fête, assister à des concerts …

21246473_360700904360409_6353543499804120160_o

En pratique, ce sont 15 échoppes louées à des chefs qui veulent tester leur cuisine et leur concept avant de se lancer vraiment dans l’ouverture de leur propre restaurant.

Papa Koala et moi, en souvenir du food court de Dublin, avons voulu le tester et notre avis est assez mitigé. Le concept est génial, j’apprécie beaucoup les grand espaces et les jeux pour enfants, sans oublier le jardin. Nous nous voyons déjà en train de prendre l’apéro pendant que nos enfants s’amusent avec leurs copains. Par contre, je pense qu’il y a encore pas mal de travail niveau organisation.
Les horaires, par exemple, indiquent que les échoppent servent à manger jusqu’à 14h30 (j’avais vérifié avant d’y aller), nous sommes arrivés à 13h50 environs et certaines étaient déjà fermées! Nous avons réussi à acheter les deux derniers ramens, mais les personnes arrivés après nous étaient vraiment déçus. J’ai demandé à quelle heure il fallait arriver pour être surs d’avoir assez de choix et ils nous ont dit qu’il fallait être là entre 12h et 13h30 car après, avec les gens qui venaient manger à la pause déjeuner, il n’y avait presque plus rien. A priori, c’est pareil pour le soir, il faut arriver assez tot, mais je n’ai pas vérifié donc ça reste à voir.
Coté ambiance et organisation, là aussi c’est un peu étrange. La clientèle semble du genre bobo-chic, mais le concept fait un peu trop cantine. Il y a des serveurs pour les boissons, mais il faut trier toute la vaisselle une fois fini de manger. A priori, je n’ai rien contre, mais au vue du prix je pense qu’un petit effort de leur part aurait été le bienvenu.
Coté prix et qualité, je ne peux que parler du ramen et c’est un sans faute. Le ramen était délicieux. Pour 10€ environ, selon le modèle et les options choisies, la quantité était tout à fait correcte. Le cake au yuzu aussi était très très bon. Leger et agréable. Juste ce qu’il fallait après un ramen épicé. Donc bravo Fujiyama 55, c’est possible qu’on se reverra.

Une petite curiosité, parmi les différentes échoppes il y en a une (Les fruits de terre) qui utilise la farine d’insecte. J’avoue que ça me tente, mais je ne sais pas si je vais avoir le courage d’essayer un jour.

Au final, je pense qu’on leur donnera encore quelques chances, surtout vu qu’ils ne sont pas très loin de chez nous et que le dimanche, par exemple, mais le soir aussi, ils sont les seuls ouverts et l’espace pour les enfants n’est pas négligeable.

La Commune
3 rue du Pré-Gaudry,
69007 Lyon

Du mardi au samedi : 11h30 – 01h
Le dimanche : 10h30 – 16h

Le livre dans mon sac à main #5

51rtttamatl

La vie secrète d’une mère indigne
de Fiona Neill
Editions Pocket
Prix : 8,10€

Resumé: Il y a les mères exemplaires, toujours ponctuelles, pomponnées, et souriantes, celles qui préparent des gâteaux pour la kermesse et s’occupent des costumes du spectacle de fin d’année. Et puis il y a les autres : celles qui claquent la porte en laissant les clés à l’intérieur, et qui oublient systématiquement le goûter de leurs enfants… Lucy est clairement de celles-là ! Jusqu’à présent, malgré quelques loupés, elle s’était plutôt bien débrouillée avec sa petite famille. Mais les choses se compliquent quand elle commence à lorgner sur un parent d’élève, rencontré à la sortie des classes… Mauvaise idée, Calamity Lucy. Très mauvaise idée !

J’ai mis trois mois pour terminer ce livre et ça ce n’est surement pas un bon signe. j’avais demandé ce livre au Père Noel (merci papa Koala) car le résumé était vraiment alléchant et, en vrai mère bordélique et pas du tout organisée, j’avais envie de rire en lisant d’une autre père comme moi. Surtout que d’habitude les autres mamans semblent toujours gérer leurs enfants, alors que moi je me sens souvent dépassée. Bref, j’avais tout pour m’identifier avec elle et pourtant cela n’est pas arrivé.
Les personnages sont attachants, certains passages m’ont vraiment bien fait marrer, mais d’autres parties étaient vraiment un peu trop longues et surtout, surtout Lucy était TROP. Trop farfelue, trop dépassée, trop maladroite au point de ne pas sembler réelle. Deuxième point noir, je n’aime pas trop les histoires d’adultères donc cette partie-là de l’histoire ne m’a pas plus du tout et je trouve que n’a rien ajouté l’intrigue, mais cela est vraiment très personnel.

 

Maintenant je vais m’attaquer à La sirène de Camilla Lackberg et j’espère ne pas y mettre trois autres moi pour le terminer.

Une cagnotte pour les cheminots grévistes

J’ai découvert aujourd’hui que plusieurs intellectuels de gauche ont ouvert une cagnotte sur Leetchi en soutiens des cheminots en grève car, non, les cheminots ne sont pas payés pour être en grève. Oui, exactement comme tous les autres travailleurs du public et du privé.

Personellement je trouve que c’est une super idée, même si après je ne sais pas comment ils vont utiliser l’argent et, bien sur, j’espère qu’ils vont nous l’expliquer. Peut être en « payant » les commerçant pour qu’ils leurs donnent à manger comme en 1995?
Bref, pour les intéressés ça se passe par ici:

https://www.leetchi.com/fr/Cagnotte/31978353/a8a95db7

Pourquoi je les soutiens?
Parce que certes ils défendent leurs intérêts, mais pas seulement. Ils défendent les restes du service public, tout comme les fonctionnaires et les salariés des hôpitaux (j’ai malheureusement eu l’occasion de passer du temps aux urgences et à l’hôpital et je n’envie pas leurs conditions de travail, alors qu’ils sont indispensables) .

Parce que j’ai peur que si eux cèdent il n’y aura plus personne pour faire des grèves, alors que l’histoire nous apprends qu’il y a eu beaucoup d’acquis sociaux grâce à elles et même si on a tendance à penser qu’ils sont acquis à vie, malheureusement c’est complètement faux et il y a de plus en plus de politiciens libéraux qui voudraient s’en débarrasser, au détriment du peuple.

Parce que je voudrais que tous les travailleurs, oui même ceux du privé, se mettent en grève sans dire « oui, mais nous ne pouvons pas. Notre grève n’est pas payée comme la leur; nous avons peur d’être virés,  bla bla bla« . Je rêve d’une vraie grève generale, tout le peuple uni, mais on me dit que ça n’arrivera jamais en France.